Partagez votre
  Expérience






4 juillet 2014 : Romain, 25 ans

"Cela fait 8 mois que je suis très fatigué en journée et très irritable voir déprimé alors que je suis quelqu'un de très joviale. Mon médecin me dit que c'est le stress du travail et la fatigue alors que j'ai eu des congés et beaucoup de repos. Je dors de plus en plus et je suis toujours aussi fatigué. Ma copine me dit que je ronfle beaucoup, bouge beaucoup la nuit transpire et arrête de respirer la nuit avec des sensations d'étouffements. Je décide de faire un tour chez son médecin traitant qui me dit que c'est très certainement dû à l'apnée (ça fait six mois que mon médecin ne comprend pas lui). Je ne vais pas tarder à passer le test... ne faites pas comme moi n'attendez pas pensez-y et consultez..."

 
18 juin 2014 : Cyrille, 45 ans

"Je viens d'apprendre que je fais de l'apnée du sommeil. 34 par heure.
Je serais demain équipé d’une ppc au vu de tous vos témoignages je suis impatient car tous les symptômes qui sont décrits sur ce site sont aussi les miens (fatigue, irritabilité etc...). Bon courage à tous fini le grand bleu ! Lol."

 
14 juin 2014 : Marie, 47 ans

"Je suis appareillée depuis le 12 mai, car on m'a découvert une apnée du sommeil, j'en avais déjà parlé à mon médecin il y a quelques années, car j'étais tout le temps fatiguée, mais il n'y avait pas eu de suite car a priori c'était de la fatigue nerveuse!!!! Donc classé sans suite. L'été dernier je me suis fait poser un stent et du coup quand en février j'ai reparlé de mon épuisement au médecin il a décidé cette fois de me faire faire les tests qui se sont révélés positif, quand j'ai eu les résultats ça été un soulagement car j'avais peut-être enfin trouvé d'où venait cette fatigue que je traine depuis plusieurs années, j'ai attendu avec impatience qu'on vienne m'apporter l'appareil, le problème c'est que j'ai eu beaucoup de mal, (avant je dormais beaucoup mais je ne récupérais pas, vu le nombre d'apnée) le problème est qu'avec l'appareil je ne dors plus... ça commençais à aller légèrement mieux fin mai et j'ai dû être hospitalisée et là j'ai été obligée d'arrêter car avec la douleur je ne le supportais plus, j'ai réessayer depuis 2 nuits mais je dois dire que j'ai vraiment beaucoup de mal, je commence a désespérer car je sais que c'est la seule solution, j'aimerai savoir si pour la majorité des gens c'est aussi simple que dans les témoignages de s'y habituer ou s'il y a aussi des personnes qui comme moi ont trouvé l'adaptation compliquée, qu'est-ce qui a fait qu'elles y sont arrivées, merci de me faire partager vos expériences."

 
3 avril 2014 : Sarah, 54 ans

"Suite à des extrasystoles persistantes, j'ai consulté un cardiologue qui m'a fait tous les examens possibles, même un test d'effort car je pratique le footing 2 fois par semaine. Rien ne laissait envisager un problème d'apnée, puisque tous mes résultats cardiaques étaient concluants. En dernier recours le cardiologue m'envoie faire un test à l'hôpital. Grande fut ma surprise quand la pneumologue m'annonça 39 apnées de l'heure avec une saturation >à 91%. Je suis appareillée depuis 3 semaines et j'ai du mal à m'y faire, je me réveille encore la nuit au moins 1 fois, j'ai des traces sur le visage et sur le nez pas très cool pour aller travailler le matin. Bref, j'espère en tout cas que cela va s'améliorer car j'ai envisagé une orthèse d'avancée mandibulaire, mais à priori mon apnée est trop sévère."

 
11 février 2014 : Péma, 60 ans

"Une centaine d'hypopnées par heure ont été diagnostiquées après une nuit en clinique ... Il était temps car ma fatigue était immense et j'avais l'impression de perdre toute mon énergie vitale. Tout effort physique était difficile même celui tout simple de marcher ... Je me levais plusieurs fois par nuit pour uriner et me réveillais aussi avec de drôles de sensations d'angoisse inexpliquées. Au vu du diagnostic j'ai accepté facilement d'être appareillée ce qui a changé ma vie dès la première nuit ! Cela fait maintenant neuf mois et je n'ai plus aucun réveil nocturne. Je dors en moyenne huit heures par nuit avec le masque et même s'il me parait bien peu esthétique je ne saurai plus m'en passer. Mon conjoint a eu la gentillesse d'accepter cette situation non sans un trait d'humour de temps en temps et cela ne gêne en rien notre vie de couple... j'ai essayé plusieurs modèles pour revenir au masque bulle nasale car je ne supportais pas le narinaire, trop direct. Je ressens quelques inconvénients quelques fois comme de légères marques sur les joues le matin à causes des attaches. Ces marques se résorbent rapidement au lever et j'essaie de trouver un juste équilibre de" serrage" pour éviter les fuites d'air... J'ai les cheveux raides et mi longs. Pour éviter d'être trop décoiffée le matin, je tire tous mes cheveux en arrière comme pour une queue de cheval et je retrouve ainsi ma coiffure initiale le matin au réveil ... Ce sont des détails, mais pour nous les femmes il est important d'être à l'aise avec l'appareil et de trouver de bons compromis d’utilisation. Je suis la première surprise de constater que je ne sais plus dormir sans l’appareil. Une ou deux fois j'ai essayé et je me suis retrouvée très mal à l'aise avec la gorge sèche et des maux de tête ... je voudrai juste rajouter que je dors avec dans n'importe quelle position y compris sur le côté..."

 
21 décembre 2013 : Nathalie, 48 ans

"Je vis depuis 2 ans avec des troubles de l'équilibre, de la mémoire, de la concentration. J'ai des douleurs dans les membres, mal à la tête et je suis tout le temps épuisée. Je n'arrive qu'à aller au boulot et le soir je deviens un légume tellement je suis crevée...Je viens d'être diagnostiquée saos assez sévère et enfin un médecin a compris ce que je vivais... A la lecture des témoignages, je ne suis pas un cas unique. Ça fait du bien...Ça fait une semaine que j'ai la machine, j'avoue que je ne vois pas encore de progrès, je me réveille encore avec de terribles quintes de toux. Je reste persuadée qu'il faut persévérer ...."

 
15 décembre 2013 : Zohra, 49 ans

"Sur le conseil de mon mari et de ma famille, j'ai consulté un pneumologue à cause de ma pénibilité à respirer et de ronflements importants qui leur empoisonnaient leur vie. Le médecin m’a hospitalisé toute une nuit pour évaluer la qualité de mon sommeil grâce à la polysomnographie. Cet examen qui consiste à enregistrer tous les paramètres physiologique du patient pendant son sommeil a permis de diagnostiquer chez moi, des apnées du sommeil sévères. Le seul traitement que le pneumologue m'a proposé est un masque nasal appelé pression positive continue que je dois porter toute la nuit. Etant claustrophobe, j'avoue que dans un premier temps j'étais angoissée à l'idée de le mettre, mais dès le lendemain j'ai pris mon courage à deux mains, et je l'ai porté toute la journée afin de m'éduquer. Le soir même, je me suis appareillée, ainsi que les jours qui ont suivis. Je le porte aujourd'hui, comme quand j'enfile mon pyjama. A 6 mois, de cet équipement, la fatigue intense, les somnolences diurnes, les réveils fréquents font partie du passé. La PPC m'a même permis  de perdre du poids car l'hormone du sommeil fonctionne à présent."

 
26 novembre 2013 : Colette, 56 ans

"Depuis plusieurs mois, je ne pouvais plus me lever le matin et j'avais l'impression de ne pas avoir dormi, même après 3 semaines de congés. Mon médecin traitant a effectué un test et il s'avère que je n'ai pas de sommeil réparateur. Je suis appareillée depuis le mois de juin 2013. J'ai eu beaucoup de difficultés à m'adapter à cette situation surtout après avoir vu les masques que je devrais porter. J'ai un prestataire super et patient, qui recherche toutes les solutions possibles pour me faciliter le quotidien, car cela fait 6 mois que nous testons différents masques (nasal - narinaire) et pour le moment j'utilise un masque narinaire car les autres masques me donnent des migraines le matin. Le fait d'être appareillée m'a changé le quotidien et notamment j'ai pu reprendre le sport. Je fais de la rumba et du step alors que j'avais arrêté le sport depuis longtemps. J'ai eu l'occasion de ne pas pouvoir me servir de l'appareil pendant 2 jours du fait que le masque narinaire m'avait blessé le nez et j'ai pu constater que la somnolence me reprenait."

 
11 octobre 2013 : Yann, 34 ans

"107 apnées par heure soit 3h30 d'apnées pour une nuit de 8h. Appareillé depuis 6 mois et je revis c'est la première fois que mon pneumologue a un patient avec des taux aussi élevés. "

 
16 septembre 2013 : Frédéric, 38 ans

"C'est ma femme qui a observé mon sommeil et a identifié de longues périodes sans respiration et des phénomènes d'étouffement. Les manifestations au quotidien devenaient de plus en plus difficiles à vivre : endormissement soudain en réunion, difficultés à tenir le volant en voiture au point de devoir m'arrêter sur le bas-côté. Irritabilité, appétit décalé en journée...un test du sommeil a révélé le phénomène d'apnée du sommeil très fortement marqué. Depuis que je suis appareillé, et bien je revis, tout est redevenu normal, voire mieux avec une énergie inconnue jusqu'alors. Plus de coup de pompe en journée, des vraies nuits de sommeil réparateur, même 5 heures de sommeil suffisent. L'appareillage reste contraignant, du fait d'un masque et de sangles, mais l'endormissement est si rapide qu'il devient supportable."

 
N’hésitez pas à laisser votre témoignage ci-dessous :

E-mail * :



L'administrateur du site se réserve le droit de ne pas diffuser tous les témoignages.

Merci de saisir le code de sécurité :
<<  <   page 1 / 38  >  >>


Mentions légales - Plan du site - Dernière mise à jour le 02 Janvier 2013